Les Conseils Sorties

On a aimé: "Meute/Une Légende" à l'Etoile du Nord

Publié le 15/02/18, par Alexandre S. 4
142


Cette semaine, notre recherche acharnée et téméraire de spectacles nous a amenée à voir la pièce Meute/Une légende, écrite par Caroline Stella et mise en scène par Mariana Lézin, membres de la compagnie Troupuscule Théâtre. C’est la deuxième pièce de cette troupe que le Théâtre de l’Etoile du Nord à Paris nous donne à voir.

Meute/Une légende est l’histoire d’un groupe de jeunes habitants d'une ville délabrée qui rêvent de sortir de la misère. La « Conche » est un quartier brisé socialement et économiquement d’où il semble impossible de s’échapper. Le désespoir et le retour d’un des leurs de prison, Mano, mèneront ce groupe à commettre l’irréparable...


5 acteurs et une structure métallique amovible sur scène dans une ambiance glauque et froide. On comprend rapidement que les jeux d’enfants entre les personnages contrasteront avec la gravité de leur situation. On a du mal à déterminer si cette pièce est une fiction ou non tant le sujet nous parle. C’est l’histoire d’une ville de périphérie abandonnée par la politique et l’activité économique. La sonorité du nom, « Conche », et le contexte portuaire de la ville pourraient n’être pas anodin et faire référence à certaines villes du Nord de la France.

La pièce montre l’impossibilité de sortir de la misère. L’absence d’éducation, de soins, de stabilité familiale et de possibilité de s’intégrer aux activités extérieures à leur cité, retiennent ces jeunes gens dans un marasme quotidien interminable. Rester « là » c’est la mort à petit feu, tant par la maladie que par l’ennui. Aller « ailleurs » c’est presque impossible, car ils sont irrémédiablement prisonniers des préjugés de violence et de misère associés à leur ville natale. Ils ne sont réduits qu’à leur appartenance géographique, jamais considérés en tant qu’individus.

C’est une pièce engagée qui critique le déterminisme social des zones abandonnées par les pouvoirs publics. Quelles solutions a-t-on quand les portes des entreprises se ferment à la lecture de votre lieu de naissance ? Comment croire en une justice quand la police vous perçoit comme criminels, bien que mineurs ? Comment croire en une politique qui cherche à remplacer votre maison par une autre, bien trop chère pour vous ?

La pièce pose la question de l’alternative à la radicalisation des idées et des actes. L’extrémisme idéologique est-il le seul qui répondre aux sentiments d’injustice, de peur et à d’absence d’espoir dans une vie meilleure ?



La Troupuscule théâtre met en scène des personnages différents, complexes, nuancés et détaille avec justesse le passage du désespoir à la violence et la montée d’une idéologie destructrice. On est pris dans cette histoire dont la fin semble tragiquement inéluctable...

La mise en scène est sobre et veut servir le propos de la pièce. L’utilisation de l’échafaudage sur scène leur permettra de représenter la ville désolée sous ses différentes formes, notamment sous son aspect de prison sans barreaux. La mise en scène oscille entre scènes réalistes et dynamiques et d’autres plus symboliques.

Le texte, dont est issu la pièce, est empreint de jeu de mots et de subtilités. Il prend malheureusement certaines fois le pas sur la mise en scène. Certains passages de l’histoire nous sont contés plutôt que montrés et desservent quelque peu le réalisme de la pièce et la force de l’histoire.

Pièce intéressante et prenante, conseillée à des personnes ayant déjà vu quelques pièces de théâtres (initiées sans être nécessairement expertes). Salle de spectacle proche de son public. A retenir !


Nos bons plans :
- Tarif avantageux, notamment pour les habitants du quartier (18eme)
- Rencontres avec les artistes organisées par le théâtre
- Super bar/café/concert à 5min à pied : Le Hasard Ludique


Où ?
Théâtre Etoile du nord, 16 rue Georgette Agutte - 75018 Paris (Porte de Saint-Ouen)

Quand ?
Jusqu’au 24 février

Recommandé pour :
: Des personnes ayant déjà vu quelques spectacles...

: Personnes novices
: Personnes ayant déjà vu quelques spectacles
: Personnes averties
Likez et partagez ! 4
142